Communauté

Durant le siècle dernier, le nombre de compatriotes russes en Tunisie a connu une grande variation. Au début du 20ème siècle, ils ne comptaient pas plus d’une centaine, cependant avec la fin de la Guerre civile en Russie, des bâtiments de guerre de l’Escadre de la Mer Noire se sont arrivés à la ville de Bizerte avec à leurs bords près de six mille citoyens russes, dont une grande partie a quitté par la suite la Tunisie vers la France et bien d’autres pays1.

Actuellement, la communauté russophone en Tunisie compte près de 3 mille personnes dont plus de 600 sont des citoyennes mariées à des tunisiens diplômés des établissements supérieurs soviétiques et russes et les membres de leurs familles ayant obtenu la nationalité russe. La communauté russe se distingue par la diversité des nationalités. La majeure partie des compatriotes dispose d’un niveau d’enseignement supérieur ou secondaire spécialisé. La majorité de nos compatriotes maîtrise la langue française et le dialecte tunisien de la langue arabe. Les enfants issus des mariages mixtes parlent bien russe.

Les compatriotes ayant obtenu la nationalité tunisienne, jouissent de tous les droits constitutionnels locaux et ne subissent pas de discrimination. Leur intégration au sein de la société tunisienne, ainsi que leur adaptation aux conditions de vie locales sont favorisées par la ligne politique de l’actuelle direction de la Tunisie orientée vers l’affermissement dans la conscience de la population des principes de la tolérance religieuse et la promotion du rôle de la femme.

Plusieurs de nos compatriotes sont intégrés dans différentes sphères des sciences et de la production et se sont acquis bonne réputation grâce à leurs qualités de gérer les choses et leur professionnalisme.

La vie publique et culturelle des compatriotes et les membres de leurs familles est étroitement liée au Centre Russe des Sciences et de la Culture à Tunis, d'autant plus qu’il constitue pour la majorité écrasante une principale source qui fait satisfaire leurs besoins en information, culture et enseignement. Un bon nombre de compatriotes participe directement au activités du Centre, en gérant les écoles qu’elles sont y créées, soit de ballet, de musique ou d’art. A part le bon nombre de manifestations mixtes, on organise au sein du Centre des rencontres avec des membres de délégations russes, des journalistes, des hommes de culture en visite en Tunisie.

Au Centre fonctionne avec succès l’école-studio "Rodnitchok", où la jeune génération non seulement étudie la langue russe et se familiarise avec la littérature et l’histoire russes, mais aussi s'initie à l'art russe, prépare des concerts et des spectacles en russe. Les enfants issus des mariages mixtes disposent aussi de la possibilité de suivre les cours donnés aux écoles de ballet, d’art et de musique auprès du Centre Russe des Sciences et de la Culture. Sur la scène du Centre, on donne des concerts et soirées d’amateurs d’enfants. Pour ces enfants on organise aussi des concours de dessin, des victorines, des soirées du Nouvel an. Le ciné-club "Alenky Tsvetotchek" assure la projection de films pour enfants. Des discothèques sont aussi organisées pour jeunes au sein du Centre Russe des Sciences et de la Culture.

Parmi les centres culturels et d’enseignement exerçant un effet positif sur la communauté russe en Tunisie, il faut mentionner l'école primaire et secondaire auprès de l'Ambassade de la Fédération de Russie. A cette école un bon nombre d'enfants des compatriotes reçoivent une éducation primaire et secondaire de valeur requise avec comme objectif de poursuivre ultérieurement l'enseignement supérieur en Russie.

Toutefois l’événement marquant une étape importante dans la vie de la communauté russe en Tunisie fut la création auprès du Centre Russe des Sciences et de la Culture en février 2002 - après la tenue à Moscou du Congrès des compatriotes - du Club des compatriotes "Jarky" (de l’appellation du contre-torpilleur, au commandement duquel était le père d’Anastassia Chirinskaïa). En un temps très court, le Club est devenu un centre d'attraction pour les compatriotes, ainsi que pour les originaires des autres républiques de l’URSS qui sont attirés par la Russie et liés à elle par des sentiments spirituels et culturels communs. Fonctionnant en union intime avec le Centre Russe des Sciences et de la Culture et sur sa base, le Club organise selon un principe de planification des actions culturelles, civilisatrices et sociales, assure sa participation aux manifestations organisées sous l'égide de l’Ambassade et du Centre.

Les compatriotes participent aux conférences scientifiques russo-tunisiennes, aux festivals musicaux, aux cérémonies organisées à la mémoire des marins russes enterrés en Tunisie. Le club organise régulièrement des soirées littéraires, poétiques et musicales. On organise des conférences et on célèbre les fêtes russes, ainsi que tunisiennes. Le Club dispose d’un café, où tous les désireux peuvent se présenter pour communiquer et participer aux rencontres et soirées thématiques.

Dans plusieurs activités que le Club organise, on remarque la participation active des visiteurs tunisiens (les époux des compatriotes, les diplômés des établissements supérieurs soviétiques et russes, les étudiants de la langue russe, ainsi que ceux qui sympathisent avec la Russie), ce qui permet d'élargir d'une manière considérable le sphère d’interaction culturelle avec les milieux publiques tunisiens.

Un travail considérable au profit de l'instruction spirituelle des compatriotes est mené par les églises orthodoxes russes de Tunis et Bizerte où on organise des manifestations à l'occasion des fêtes orthodoxes et musulmanes ce qui trouve une résonance positive parmi les tunisiens. Le prêtre de l’église orthodoxe russe, père Dmitry (Netsvetaev) se produit au Centre Russe des Sciences et de la Culture avec des interventions sur la culture orthodoxe.

La contribution considérable au recouvrement de la mémoire sur l'escadre russe a été apportée par la doyenne de la communauté russe, Mme Anastassia Chirinskaïa. Depuis la deuxième moitié des années 1980 elle a commencé à établir des contacts actifs avec des délégations officielles et publiques de l'URSS, puis de la Russie qui visitaient la Tunisie. En 1990, sous beaucoup de rapports grâce à ses efforts, la Patriarchie de Moscou a envoyé un prêtre pour le service dans les églises orthodoxes des villes de Tunis et Bizerte. En 2003, ses mérites au profit du développement des relations russo-tunisiennes étaient récompensés par l'Ordre russe de l'Amitié.