15 Novembre / 2015

Communiqué de presse conjoint à l'issue de la réunion informelle des chefs d’État des Brics en marge du G20, Antalya, 15 novembre 2015

Les dirigeants des pays du groupe des Brics se sont réunis le 15 novembre 2015 en marge du sommet du G20 à Antalya.

Les chefs d’État ont résolument condamné les récents attentats ignobles perpétrés à Paris. Ils ont exprimé leurs condoléances aux familles des victimes et ont souhaité un prompt rétablissement aux blessés. Ils ont réaffirmé leur soutien à la population, au gouvernement français et aux efforts pour traduire en justice les coupables. Les présidents ont de nouveau confirmé leur attachement au renforcement de la coopération au sein des Brics et avec d'autres pays pour combattre le terrorisme.

Les chefs d’État ont également remercié la Russie pour le succès du 7e sommet des Brics, qui a contribué à l'approfondissement de la coopération au sein de cette union. Ils ont aussi grandement apprécié la dynamique de mise en œuvre du Plan d'action d'Oufa.

Les dirigeants ont souligné l'importance du renforcement du partenariat stratégique des Brics, bâti sur les principes de transparence, de solidarité, d'égalité, de compréhension mutuelle, d'inclusivité et de coopération mutuellement bénéfique.

Les chefs d’État ont salué le progrès significatif, cette année, du développement de la coopération au sein des Brics. La Nouvelle banque de développement (NBD) déploie son activité opérationnelle et devrait commencer à réaliser ses premiers projets début 2016. Elle élargira la coopération avec les mécanismes financiers existants, tout comme avec ceux qui voient le jour tels que la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (BAII). Il faut souligner aussi la création du Pool de réserves monétaires des Brics qui contribuera à assurer la stabilité du système financier international au vu de la volatilité accrue de la conjoncture économico-financière internationale.

Les dirigeants ont chargé leurs organismes compétents de se joindre activement à la mise en œuvre de la Stratégie du partenariat économique des Brics adoptée au sommet d'Oufa, ainsi qu'à la préparation du projet de feuille de route de coopération commerciale, économique et d'investissement des Brics d'ici 2020.

Les chefs d’État ont échangé leurs points de vue sur les questions centrales de l'ordre du jour du G20 et ont convenu de poursuivre le travail sur les questions d'intérêt mutuel pour les Brics.

Les dirigeants ont reconnu que l'économie globale se trouvait encore dans la "zone à risque" et que les acteurs internationaux n'avaient pas encore réussi à garantir une croissance durable, ce qui souligne l'importance d'un accroissement de la coordination et de la coopération dans le domaine de la politique macroéconomique entre les membres du G20 dans le but de prévenir les effets secondaires négatifs et déboucher sur une croissance stable, durable et équilibrée.

Les chefs d’État ont reconnu que sur la base du progrès déjà réalisé, tous les membres du G20 devaient se concentrer sur la mise en œuvre de leurs stratégies nationales de croissance. Ils ont souligné leur ferme intention de poursuivre, avec d'autres membres du G20, le travail pour contribuer à une relance plus rapide et plus stable de l'économie mondiale et à la réduction des risques potentiels.

Les dirigeants ont noté que les défis géopolitiques, y compris la politisation des relations économiques et l'adoption de sanctions économiques unilatérales, continuaient de nuire aux perspectives de croissance économique. Ils ont noté la nécessité de faire en sorte que les blocs commerciaux et économiques correspondent aux principes et aux normes de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et contribuent au renforcement du système de commerce multilatéral. Ils ont décidé de s'orienter sur le développement des relations marchandes et la mise en place d'une économie mondiale inclusive, régie par des règles et transparente.

Les chefs d’État ont convenu de poursuivre l'échange de points de vue et la coordination des positions des Brics sur l'ordre du jour du G20 pour une prise en compte plus complète des intérêts des États au marché en formation et des pays émergents. Dans ce contexte, ils ont salué le déroulement, le 1er novembre 2015, de la première réunion du Groupe de travail des Brics pour combattre la corruption, qui contribuera également au travail des forums multilatéraux en la matière, notamment le Groupe de travail du G20 pour combattre la corruption.

Les dirigeants ont exprimé leur profonde déception face à l'absence de progrès dans la modernisation des institutions financières internationales, notamment en ce qui concerne la mise aux points des accords pour réformer le Fonds monétaire international (FMI), et ont instamment appelé le FMI, en collaboration avec ses membres, à accroître les efforts communs avec le G20 pour trouver des solutions qui permettraient d'augmenter les ressources de quota du Fonds et de revoir la répartition des quotas et des voix au profit des pays émergents et des États aux marchés en formation. L'adoption des réformes du FMI de 2010 demeure une priorité cruciale pour assurer la confiance portée en l'organisation, sa légitimité et son efficacité. Les dirigeants appellent instamment les USA à ratifier la décision relative à ces réformes dans les plus brefs délais.

Les chefs d’État ont salué l'adoption, au sommet de l'Onu en septembre 2015, de l'Ordre du jour dans le domaine du développement durable d'ici 2030, ainsi que du programme d'action d'Addis-Abeba. Ils ont grandement apprécié les efforts de coordination et de coopération des Brics. Ils ont exprimé leur attachement à la mise en œuvre de l'Ordre du jour dans le domaine du développement durable d'ici 2030, y compris en renforçant la coopération entre les Brics dans le cadre de ce processus, et ont décidé de travailler sur le perfectionnement de l'architecture de coopération internationale dans l'intérêt de son développement.

Les dirigeants comptent sur la réussite de la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21) qui se tiendra à Paris en décembre 2015 et sont résolus à adopter un protocole, un autre document juridique ou tout autre document final ayant une force juridique conformément à la Convention-cadre de l'Onu, qui s'appliquerait à toutes les parties. L'accord de Paris doit être juste, équilibré, solide et global, il doit refléter les principes de justice, de responsabilité commune mais différenciée et la prise en compte des potentiels au vu des conditions nationales particulières.

Les chefs d’État se sont dits disposés à soutenir la Chine durant sa future présidence du G20 pour renforcer le rôle dirigeant de ce forum dans la réaction aux défis économiques et financiers globaux. Ils appellent les membres du G20 à renforcer la coopération macroéconomique, à contribuer aux innovations, à intensifier le commerce et les investissements et à servir d'exemple de coopération dans les questions relatives au développement global.