26 Janvier

Allocution et réponse à la presse du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors de la conférence de presse conjointe sur le bilan de ses pourparlers avec le Ministre tunisien des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui, Tunis, le 26 janvier

Monsieur le Ministre,

Mesdames et messieurs,

Tout d'abord, je voudrais remercier nos hôtes tunisiens pour leur accueil chaleureux et l'hospitalité dont ils ont fait preuve envers notre délégation, ainsi que pour nos pourparlers substantiels avec le Ministre tunisien des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui. Nous le connaissons très bien à Moscou depuis son séjour dans la capitale russe en tant qu'Ambassadeur. Nous le considérons comme un ami proche et un partenaire.

Nous apprécions le niveau actuel de notre coopération avec la Tunisie, qui est notre partenaire de longue date dans les affaires internationales. Nous avons intérêt à développer nos relations dans tous les domaines.

Aujourd'hui, nous avons tout d'abord évoqué nos affaires bilatérales. Nous constatons une croissance assez spectaculaire des échanges dans le domaine commercial et économique, même si nos amis tunisiens sont intéressés à exporter plus de produits en Fédération de Russie pour corriger le déficit commercial. Nous voulons que les produits agricoles tunisiens soient plus largement représentés sur le marché russe. Nous entreprendrons des efforts en ce sens, notamment dans le contexte des préparatifs d'une nouvelle session de la Commission intergouvernementale pour la coopération commerciale, économique, scientifique et technique qui devrait avoir lieu en Tunisie en 2019.   

Nous avons également évoqué notre coopération sociale, notamment dans le domaine de l'enseignement. 3 000 étudiants tunisiens suivent actuellement leurs études en Russie, et leur nombre va croissant. Nous sommes heureux que beaucoup de diplômés des universités soviétiques et russes travaillent actuellement dans différents domaines de l'économie tunisienne et dans les structures administratives du pays.

Comme mon homologue l'a déjà souligné, nous avons évoqué le développement des échanges culturels. Le tourisme reste un élément traditionnellement important de nos liens. La Tunisie fait parties des destinations touristiques préférées des Russes. Nous sommes reconnaissants envers les autorités tunisiennes pour les efforts entrepris afin d'assurer la sécurité des citoyens russes qui visitent votre pays hospitalier.

Quant aux questions internationales, nous avons accordé une attention particulière à la situation en Libye où l'on constate la persistance d'un grand nombre de problèmes, et notamment de la menace terroriste dont la Tunisie souffre également. Nous nous sommes accordés pour intensifier notre coopération antiterroriste dans le cadre de l'Onu, ainsi qu'au niveau bilatéral.

Nous apprécions le soutien affiché par nos amis tunisiens aux efforts de la Fédération de Russie dans le cadre du format d'Astana visant à promouvoir le règlement en Syrie. Je suis certain que la Tunisie a intérêt à assurer un rapatriement rapide des réfugiés syriens qu'elle a accueillis sur son territoire. Nous faisons tout notre possible afin de réunir les conditions nécessaires pour leur retour en Syrie.  

Comme nous l'avons déjà évoqué ces derniers jours en Algérie et au Maroc, nous voudrions que la Tunisie soutienne le retour de la Syrie dans la "famille arabe", c'est-à-dire au sein de la Ligue arabe, d'autant que Tunis accueillera en mars le prochain sommet de la Ligue.

Nos pourparlers ont été très utiles, et nous les poursuivrons. Je devrais également m'entretenir aujourd'hui avec le Président tunisien Béji Caïd Essebsi et le Premier ministre Youssef Chahed.

Je voudrais remercier encore une fois nos hôtes pour leur hospitalité.

Question: Quelles mesures concrètes la Russie envisage-t-elle de prendre pour soutenir l'économie tunisienne dans le contexte du déséquilibre commercial qui existe actuellement entre les deux pays?

Sergueï Lavrov: Nos relations se basent sur le principe du bénéfice mutuel. Nous ne pouvons rien vendre en Tunisie contre la volonté de nos partenaires tunisiens. Nos exportations couvrent ce dont l'économie tunisienne a besoin. En même temps, nous achetons en Tunisie les produits nécessaires au marché russe.

Je voudrais souligner encore une fois que nous avons intérêt à ce que la Russie exporte plus de produits à forte valeur ajoutée en Tunisie et que le marché russe reçoive plus de produits agricoles tunisiens. Des possibilités existent, qui seront étudiées au cours de la prochaine session de la Commission intergouvernementale russo-tunisienne pour la coopération commerciale, économique, scientifique et technique.