13 октября / 2015

Allocution du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov pendant la réception à l'occasion du Nouvel an musulman, Moscou, 13 octobre 2015

Vos altesses,

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

Nous sommes ravis de vous accueillir à la veille du Nouvel an musulman. Par tradition, nous le célébrons avec les ambassadeurs des États membres de l'Organisation de coopération islamique (OCI), les représentants des organismes publics fédéraux russes, des principales confessions russes, les personnalités publiques et scientifiques, ainsi que tous ceux qui apportent une contribution notable au développement des relations entre la Russie et les pays musulmans.

Cette année, la situation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord continue de se dégrader, malheureusement. Les terroristes et les extrémistes qui s'y sont installés, notamment l’État islamique (EI), ont pris le contrôle de vastes territoires et ont commis des crimes monstrueux. Depuis ses avants-postes en Syrie et en Irak, l'EI ambitionne d'imposer sa domination sur le monde arabe et au-delà.

Nous rejetons fermement toute tentative de présenter l'anarchie des extrémistes comme un combat religieux – peu importe qu'il soit entre l'islam et d'autres confessions ou entre ses différents courants. Nous partons du fait que l'EI et les organisations terroristes similaires profanent l'islam, insultent ses profonds principes moraux, créent un danger avant tout pour les pays arabes qu'ils qualifient ouvertement de cibles pour leur expansion.

La Russie sait que, dans la lutte contre les terroristes, il faut agir de manière préventive, éliminer les terroristes sur les territoires qu'ils ont pris et ne pas attendre qu'ils arrivent chez vous. D'où la décision du Président russe Vladimir Poutine de répondre à la demande des autorités syriennes et de lancer, avec l'autorisation de notre Parlement, l'opération des forces aérospatiales ruses pour attaquer les positions de l'EI et d'autres organisations terroristes sur le territoire syrien.

Bien évidemment, nous sommes prêts à unir nos efforts avec tous les États sur la base des normes et des principes du droit international pour combattre le terrorisme. Nous avons soumis au Conseil de sécurité des Nations unies un projet de résolution sur la coordination des actions de tous ceux qui combattent l'EI et d'autres organisations terroristes. Nous partons du fait que les pays islamiques peuvent et doivent rejoindre cette large coalition en tant qu'acteurs centraux.

Nous espérons que le progrès dans ce combat contre les terroristes permettra d'avancer sur plusieurs autres questions d'actualité, comme la crise migratoire qui touche aujourd'hui de nombreux pays européens – car quand on est confronté à un problème il faut se battre avant tout contre ses causes premières. Nous continuerons de contribuer à rétablir les institutions publiques libyennes, à soutenir le nouveau gouvernement irakien dans ses efforts pour assurer une entente nationale, à contribuer au processus de paix en Syrie. Nous prônons l'élaboration d'une stratégie politique globale de stabilisation et de rétablissement socioéconomique du Moyen-Orient. La Russie souhaite que cette région puisse vivre dans la démocratie et la prospérité. Nous n'avons jamais cherché à tirer profit du chaos et de l'instabilité.

Dans ce même contexte je voudrais mentionner notre attachement au rétablissement rapide du processus politique pour régler le problème palestinien. Nous avons attendu trop longtemps. L'impasse dans laquelle se trouve ce dossier permet aux extrémistes de continuer à recruter des radicaux.

Nous pensons qu'il est important d'aider tous les pays qui se battent contre le terrorisme international, y compris en Afrique subsaharienne. Nous sommes prêts et nous continuerons de soutenir le renforcement de l'armée et des forces de sécurité en Afghanistan, où la situation militaro-politique s'est considérablement dégradée. Nous contribuerons au renforcement de l'efficacité des forces de l'ordre afghanes, à la promotion du processus de réconciliation nationale, tout en sachant que les partisans de l'EI en Afghanistan ne cachent pas leurs plans d'expansion en direction des pays d'Asie centrale, avec qui la Russie entretient des relations amicales et d'allié étroites.

Le rétablissement de la confiance et d'une entente mutuelle entre les deux principaux courants de l'islam – les sunnites et les chiites – permettrait de renforcer la cohésion et la solidarité des peuples islamiques. Nous espérons que l'OCI avancera des initiatives en ce sens.

Nous sommes disposés à développer les liens entre la Russie et l'OCI dans plusieurs domaines, sur la base de la reconnaissance de la diversité des cultures et des civilisations, de l'attachement au droit international et au règlement pacifique des litiges. Le dialogue intensif et réciproquement utile entre le Ministère des Affaires étrangères russe et le Secrétariat général de l'OCI sur plusieurs thèmes, y compris la contribution au règlement des conflits régionaux, la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme, et la garantie des droits de l'homme aident à mieux se comprendre, à trouver de nouveaux domaines de coopération.

Nous ne pouvons que saluer l'intérêt des musulmans à l'étranger pour la vie des musulmans en Russie, un pays multiethnique et multiconfessionnel. En témoignent la présence de hautes délégations des États membres de l'OCI à l'inauguration de la nouvelle mosquée-cathédrale de Moscou et la participation active de chercheurs et de théologiens islamiques renommés à la conférence "La religion islamique contre l'extrémisme", organisée par le groupe de vision stratégique "Russie – monde islamique" qui a repris son travail.

Nous sommes convaincus que la coopération entre la Russie et les États membres de l'OCI continuera de contribuer au développement économique et à l'enrichissement culturel de nos peuples, ainsi qu'au renforcement, dans les relations internationales, des principes du droit et de la justice. Nous apprécions la contribution des ambassades des États membres de l'OCI à Moscou.

Je vous souhaite encore une fois une Bonne année. Santé, succès et tout le meilleur à vous et à vos proches, paix et prospérité à vos pays.