27 Octobre / 2015

Allocution du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l'ouverture du Sommet mondial des universités des Brics, Moscou, 27 octobre 2015

Chers collègues,

Chers amis,

Je voudrais saluer de tout cSur, ici à l'Institut d’État des relations internationales de Moscou (MGIMO), les participants au Sommet mondial des universités des Brics. Vous représentez l'élite universitaire et scientifique de notre association d’États, ainsi que du milieu académique de divers pays d'Europe, d'Asie, d'Amérique du Nord et d'Amérique latine. Je vous souhaite de mener un travail fructueux.

Il s'agit du premier sommet universitaire des Brics, que nous percevons comme un événement clé de la présidence russe de notre "quintet". Le forum d'aujourd'hui reflète le niveau élevé de coopération entre nos pays et prouve le bon développement des liens dans le domaine scientifique et éducatif. Nous remercions sincèrement la direction du MGIMO et des universités partenaires – l'Université d'État Lomonossov de Moscou (MGU), l'Université russe de l'amitié des peuples (RUDN) et l'Université nationale de recherche technologique (MISiS) – qui apportent une grande contribution à la promotion de la coopération dans le cadre des Brics.

L'ordre du jour chargé du sommet et la diversité des thèmes proposés, qui englobent l'ensemble de l'activité des Brics, témoignent de l'intérêt de nos pays pour exploiter le puissant potentiel de la communauté d'experts globale et renforcer les contacts entre les milieux académiques. Votre réunion s'inscrit dans le cadre général des efforts des pays des Brics en ce sens. Demain se tiendra la réunion au niveau ministériel sur la science, les technologies et les innovations. Au cours du dernier forum académique organisé en mai 2015 par la présidence russe ont été définies les recommandations aux dirigeants des pays des Brics pour développer la coopération dans ces domaines. Le Conseil des centres d'expertise du groupe fonctionne avec succès, où notre pays est représenté par le Comité national pour l'étude des Brics. Le lancement du Réseau des universités des Brics se prépare.

Le forum des universités est une plateforme unique (là-dessus je suis entièrement d'accord avec le recteur du MGIMO Anatoli Torkounov) pour un dialogue ouvert, une réflexion collective sur les questions relatives aux aspects clés du développement mondial et évidemment de la place et du rôle des Brics en tant que facteur important de la mise en place d'un nouvel ordre mondial multipolaire. Je suis certain que la tâche d'assurer l'activité intellectuelle des Brics est à la portée des universités qui y sont représentées. Nous savons que dans les murs de nos universités sont nées de nombreuses idées, de nombreuses percées dans divers domaines de la connaissance.

Les règles établies dans ce groupe de cinq pays répondent parfaitement aux exigences du XXIe siècle, où les relations entre les États doivent reposer sur l'équité et la culture du consensus. A la base de notre travail reposent les principes de compréhension réciproque et de respect mutuel, de prise en compte des intérêts des autres, de solidarité et de coopération. Au sein des Brics nul n'impose rien à personne. Nous n'imposons pas une discipline d'alignés propre aux alliances militaro-politiques.

L'ordre du jour des Brics est exclusivement constructif et vise avant tout à trouver des sources supplémentaires de développement et d'amélioration du niveau de vie de nos peuples. Ces missions sont liées à la stabilité internationale et la promotion d'une coopération internationale mutuellement bénéfique dans divers domaines. Les membres des Brics sont attachés aux principes fondamentaux et aux normes du droit international, prônent le renforcement du rôle de coordination central de l'Onu dans les affaires internationales. Nous rejetons les tentatives de régler les problèmes d'une position de force, en s'ingérant dans les affaires intérieures, en faisant pression sur les pays, y compris par l'usage de sanctions unilatérales.

C'est sous cet angle que nous avons évoqué les solutions pour unir les efforts afin de combattre le terrorisme et l'extrémisme au cours de la réunion des ministres des Affaires étrangères des Brics en marge de la 70e session de l'Assemblée générale de l'Onu en septembre 2015 à New York. L'aggravation de cette menace au Moyen-Orient et en Afrique du Nord s'est produite dans un contexte d'affaiblissement des institutions publiques dans plusieurs pays de la région, notamment à cause d'une grossière ingérence extérieure. Les tentatives de manSuvres géopolitiques et de renversement des régimes "indésirables" ont conduit à briser les mécanismes permettant d'assurer la sécurité, au chaos, à l'anarchie, au risque d'effondrement de certains pays et de prise de contrôle de leurs territoires par les terroristes.

Bien sûr, dans la situation actuelle instable que traversent les affaires internationales, il faut chercher un terrain d'entente et des compromis, qui permettront de créer un système durable et stable de relations dans tous les domaines. Le Président russe Vladimir Poutine en a parlé en détails au Club de discussion international Valdaï. Les événements récents confirment que les actions collectives et l'abandon de la chasse au profit unilatéral au détriment des partenaires peuvent mener au progrès dans le règlement des problèmes les plus complexes de notre époque. Je suis certain que la Russie et tous les autres membres des Brics y sont prêts.

La convergence de nos intérêts et le dialogue mutuellement respectable que nous avons noué permettent au groupe d'arriver à des positions communes sur de nombreuses questions internationales, notamment la lutte contre le terrorisme international dont j'ai déjà parlé, mais aussi contre le trafic de drogue, le crime organisé, la corruption, ainsi que de notre contribution au règlement pacifique des conflits, au renforcement de la sécurité informatique internationale et au développement des technologies de communication informatique. Les pays des Brics développent avec succès leur coopération dans les domaines économique, commercial, financier, scientifique et technique. La Stratégie de partenariat économique des Brics a été approuvée au sommet d'Oufa en juillet 2015. Nous soutenons l'initiative d'une Feuille de route pour la coopération commerciale, économique et d'investissement, des projets dans le domaine social, humanitaire et culturel. Tous ces sujets seront au centre de l'attention pendant le sommet informel des Brics en marge de la réunion du G20 à Antalya mi-novembre 2015. Nous espérons que la nouvelle réunion du groupe servira à renforcer notre partenariat stratégique tourné vers l'avenir.

Les Brics ne s'enferment pas sur eux-mêmes. Au contraire, nous affichons notre ouverture au monde extérieur et contribuons à ce que le respect de la diversité culturelle et civilisationnelle devienne l'un des piliers de l'ordre mondial en formation, ce qui correspond parfaitement au sens de la Charte de l'Onu.

Je souhaite aux participants du forum des discussions intéressantes et substantielles, un échange fructueux de points de vue et tout le meilleur.